Les programmes

1918 en Hongrie, le début d’une autre guerre 

Axes des opérations des troupes des pays
voisins dans le territoire historique de la Hongrie
et lignes d’arrêt successives de leur progression
(En pointillé au nord la ligne de démarcation
définie enaccord avec le dirigeant slovaque Hodža
le 6 décembre 1918,en grisé la zone neutre définie par
la note du lieutenant-colonel Vix le 20 mars 1919)

Conférence | Entrée libre
13 novembre à 19h30 | Institut hongrois | 92 rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En cette année du 100e anniversaire de la fin de la Grande Guerre, l’Association des Amis de l’Institut Hongrois vous invite à porter un regard différent sur la fin de ce conflit. Paul Gradvohl, universitaire, nous expliquera pourquoi pour la Hongrie, l’année 1918 ne représente pas seulement la fin de la Première Guerre mondiale, mais marque aussi le début d’un conflit armé d’un type particulier, entre guerre et paix.

Paul Gradvohl est historien et maître de conférences (Université de Lorraine, CERCLE), spécialiste de l’histoire de l’Europe centrale. Il a été responsable pendant 10 ans des sciences sociales au Centre interuniversitaire d’études hongroises (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III). Il a dirigé pendant quatre ans le Centre de civilisation française de l’université de Varsovie. Il est, entre autres, codirecteur de « Culture et identité en Europe centrale. Canons littéraires et visions de l’Histoire » (Institut d’études slaves, 2011) et coauteur de Charlotte Delbo (Fayard, 2013 et 2017).

 


 

Concert d'Eszter Karasszon, et d’Imre Dani

Photo : Gábor Valuska

Musique de chambre | Entrée : 15/10€
18 décembre à 20h | Institut hongrois | 92 rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Soirée en soutien du Prix Hungarica, organisée par l’Association des amis de l’Institut hongrois en partenariat avec l’Institut hongrois.

Au programme : œuvres de Johannes Brahms, Claude Debussy, Zoltán Kodály et Ferenc Liszt.

Eszter Karasszon, violoncelliste, fut la plus jeune celliste à être récompensée par un concours national. Elle avait seulement huit ans ! Élève de Csaba Onczay, elle a obtenu en 2016 le diplôme de l’Académie de Musique de Budapest avec mention très bien. Depuis, elle poursuit une carrière de soliste, mais joue aussi dans le Concerto Budapest, un orchestre de musique de chambre. Elle a fait partie en 2017 des sept jeunes artistes sélectionnés pour bénéficier du soutien promotionnel de l’Académie Liszt. Dans son répertoire, elle se tourne de plus en plus vers les compositeurs du 20e siècle, tels que Kodály, Bartók, Dohnányi, Vajda, Gárdonyi, etc.

Imre Dani, pianiste, a commencé ses études à Csongrád ; il a ensuite poursuivi son cursus à Kecskemét, à partir de 2006, avant d’être admis en 2010 à la faculté de musique Liszt Ferenc de Budapest, d’où il est sorti diplômé en 2015. Il y a été l’élève de Balázs Szokolay et de András Kemenes. Depuis, il a participé à de nombreux concours en Hongrie et à l’étranger et a obtenu en 2016 le premier prix du concours international de Chopin à Rome.

Le Prix Hungarica bénéficie du soutien généreux de Mazars Hongrie.